Si vous découvrez cette page pour la première fois, 
bienvenue au cœur de l'ouvrage éphémère Projet 13.7 : entreprendre, chemin initiatique.
Qu'est-ce qu'un ouvrage éphémère ? Rendez-vous ICI pour comprendre le projet.
Inscrivez-vous ci-dessous pour découvrir les publications chaque semaine, et lire l'ouvrage complet à partir du 13 octobre !

Nom *
Nom

La semaine dernière, j’écrivais :

“Quelle concurrence peut-il y avoir quand vous avez aligné ce que vous êtes et ce que vous faites ? Qui peut faire « comme vous » ? C’est impossible.
Les pâles copies ne seront que des pâles copies.
Les mauvais seront passagers.
Les aspirations seront des inspirations.

Pour les deux premiers, souhaitez qu’ils trouvent la place à laquelle ils seront excellents et épanouis car enfin alignés.
Pour les derniers, remerciez-les d’être là où vous serez, à votre façon, dans plus ou moins longtemps, en restant aligné.e.
Sur l’inspiration et la comparaison, je reviendrai.”

C’est l’heure d’y revenir !

Nous sommes Inspiration(s)

Eponge.
C’est ainsi que je me suis souvent définie.
Je ressens et absorbe plus de choses que je ne pourrais en décrire et ces influences viennent nourrir ma réflexion et faire évoluer mes actions.

Pendant longtemps à la recherche d’UNE vérité qui serait MA vérité, je trouvais cette hypersensibilité problématique, dérangeante, car elle ne m’autorisait pas la fixité, la certitude, l’absolu.
Se sentir toujours mouvante, en mouvement, cela meut, cela émeut.
« Movere »… est aussi l’étymologie d’émotion.
Mais ces émotions puisent beaucoup d’énergie et parfois, cela épuise.

Quand j’ai décidé d’accepter que la finitude n’était pas ma destinée,
Que je passerais ma vie à savoir que je ne sais pas,
à faire et à défaire,
à douter et à re-douter,
bizarrement,
je me suis sentie allégée !

En s’allégeant, le regard sort des ornières dans lesquelles il était engoncé
(focalisé sur ce que nous critiquons)
pour explorer et embrasser un horizon bien plus large,
bien plus libéré,
bien plus libérateur
(car en acceptant, nous dépassons).

Parce qu’il n’y a plus de lutte intérieure,
il est désormais possible d’aller vers l’extérieur.

C’est ainsi que j’ai découvert qu’en étant éponge, je laissais chaque rencontre, chaque stimulus, chaque visible, chaque invisible, être une source d’inspiration de ma vie.

Parfois consciemment, souvent inconsciemment.

J’ai alors observé les autres. Les hypersensibles assumés, les hypersensibles refoulés, et même les « apparemment hyposensibles », et je nous ai tous trouvé ce point commun :

Nous sommes Inspiration(s).
Nous ne sommes qu’Inspiration(s).

Cela semble si évident. 

Pourtant, combien de fois se persuade-t-on que nous est venue « de nulle part » cette idée de génie ?
Et c’est bien compréhensible. L’idée d’être un génie flatte un ego en mal de reconnaissance. Alors si on peut s’en donner un peu… de la reconnaissance !

Mais le génie n’est-il pas fruit de son temps ? Fruit de son ère ?
En incarnant le génie, en collant l’étiquette « génie » à des individus (à nous-mêmes comme à d’autres), nous dénions souvent à l’Inspiration sa grandeur, pour la réduire à une capacité humaine individuelle.
Quel dommage, car cela a un effet inhibiteur sur bon nombre d’entre nous. La comparaison avec ce prétendu « génie d’autrui » est dévalorisante. Le complexe s’immisce, notre puissance créatrice s’inhibe.

Alors même si cela peut paraître évident, osons le dire : Personne ne se fait seul. Nous sommes tous le fruit d’influences et nous évoluons car nous nous en imprégnons à des degrés plus ou moins conscients.
Il y aurait tant à dire sur la conscience justement et la façon dont elle peut être biaisée, court-circuitée pour nous influencer. Mais je vais tenir ma promesse de faire plus court !

L’idée de génie !… Fruit de l’ère du temps

Si de grandes découvertes scientifiques, des lancements de produits ou même de grands mouvements de pensées peuvent survenir simultanément, parfois en des acceptions quasi identiques, à des endroits tellement éloignés du globe qu’on ne peut soupçonner le honni plagiat,
c’est que nous sommes influencés par des tendances,
des mouvements,
des énergies,
des impressions,
des paroles,
des visions
et une infinité d’autres choses…
du visible, de l’invisible,
du perceptible, de l’imperceptible. 

La sensibilité et le « travail » (au sens définit ensemble il y a quelques semaines) de certains permettra non pas vraiment l’émergence mais finalement la transcription, la traduction, la matérialisation dans le réel de ces vents latents.

Et j’aime à me dire que ces grandes « tendances » (pour simplifier) se traduisent au même moment sous différentes formes, des plus artistiques aux plus apparemment concrètes. La rencontre d’un historien de l’art, d’un philosophe, d’un économiste (et nous pourrions amener toutes les disciplines à la table) permet de tisser des liens incroyables entre des grands mouvements à une époque donnée.

En entreprise, cela nous amène à la prospective qui peut permettre de détecter des « signaux faibles » pour anticiper et mettre au jour ces lames de fond qui vont venir influencer, inspirer une industrie et son marché. 

Et ce qui est vrai à l’échelle de « grandes » idées (non en termes de valeur, mais en termes de « macro-influence ») est également vrai à l’échelle de nos « petites » idées individuelles.

Ne vous faites plus l’illusion de vouloir garder une idée secrète. Vous perdez du temps. Les idées sont là tout autour de nous, fruits de l’ère du temps, prêtes à venir habiter toute personne disposée à les recevoir. Quand vous ne confrontez pas ou n’agissez pas à partir d’une idée par peur qu’on vous la « vole », vous perdez du temps et vous vous éloignez de l’Action. Mais nous parlerons plus en détails des idées prochainement !

Ne cherchons plus à « Faire Comme »

Si nous demeurons dans la peur de se faire « voler » ou « copier » (et je ne parle pas d’une réalisation technique précise, brevetable, (dé)finie, je parle d’idées, de concepts voire de « façons de faire » ou de « façons d’être »), c’est que nous sommes encore dans l’illusion (pour nous, comme pour les autres) du « Faire Comme ».
Du « Il faut Faire Comme cela ».
Dans l’illusion qu’il y aurait une seule bonne façon de faire.
En observant ce qu’on considère comme une inspiration, une réussite, un succès, un modèle, nous passons du « J’aime ce qui est fait » à « Je veux, voire je DOIS, faire comme cela ». C’est LA bonne façon. LA recette. LE miracle. LA vision. L’Illumination. Je l’attendais, elle est là, merci, c’est tout pour moi, bonsoir ! Je m’emballe. Mais nous en sommes là parfois. A avoir l’impression qu’en voyant l’autre faire, nous avons trouvé LA façon de faire. Tout cru, tout cuit, tout bête. 

On se coupe d’une chance infinie :
L’Inspiration Créatrice.

Elle n’est pas copie, elle n’est pas « faire comme », elle n’est pas copie conforme.

Elle est imprégnation, elle est incubation, elle est agrégation à l’ensemble de nos cellules de ce qui nous a inspiré. En marchant, en méditant, en contemplant, en faisant du yoga et/ou toute autre pratique de re-connexion à soi, pour laisser émerger NOTRE interprétation de ce qui nous a frappé, touché, interpelé, de ce que nous avons aimé.

Quelle voie bien plus poétique et magnifique que celle du « faire comme », non ?!!!!! 

Cette propension de la vie, de notre vie, à être la sublimation de toutes les inspirations qui nous influencent, n’est-ce pas une incroyable invitation à la gourmandise ???
A se nourrir de tout ce qui nous entoure, de chaque odeur qui vient nous caresser les narines, de chaque couleur qui vient danser devant nos yeux, de chaque son, bruit, murmure, ronronnement, cri, musique, chant, voix qui vient chatouiller nos tympans, de chaque effleurement, hérissement, toucher, contact, sensation, griffure, brûlure, coupure qui s’invite sur le plus grand organe sensoriel de notre corps… la peau. Cette peau qui semblerait être un contour qui nous dessine, nous finit et nous définit, devient alors notre plus grande porte vers l’infini. Magique. Oui, la vie est magique.

Trop magique pour « Faire Comme ». 

Et j’ai expérimenté tout récemment à quel point il était important de ne pas juguler la création par le « Faire Comme ». Je vous raconte.

Il y a quelques mois, ne trouvant pas assez de défis à mon quotidien déjà empli de nouveautés, je décidais de vouloir créer une chorégraphie. Je rencontre une merveilleuse danseuse et professeure qui a aussi étudié la psychologie… L’interdisciplinarité, j’adore !

Nous cheminons ensemble, jusqu’à arriver bel et bien à ce défi : créer 30 secondes de chorégraphie. Chose que je n’avais jamais faite. J’aime danser, j’ai suivi des cours mais ai arrêté il y a quelques années. Je suis bien consciente que le travail de chorégraphe est différent, c’est un défi. Mais j’ai envie d’explorer d’autres facettes de la créativité et je suis persuadée qu’ils viendront nourrir ma réflexion entrepreneuriale.

Je ne croyais pas si bien me dire. Je bloque. En fait, je suis en mouvement. Je danse, mais je bloque. Je suis incapable de « fixer » un mouvement. Je décide d’utiliser la vidéo pour m’aider dans cette entreprise et là… Horreur ! Je me découvre en train de danser. Bon je vous passe les invectives intérieures, contre lesquelles je lutte pourtant d’habitude. Mais surtout, l’échange avec mon éclairée professeure me fait réaliser à quel point la vidéo chez soi, pour « travailler », n’est pas l’art de la vidéo montée par un vidéaste, qui va couper, découper, monter, rythmer et donc sublimer la danse.

C’est évident, mais ce n’était pas venu à ma conscience. Donc mon processus de créativité était bloquée par une ennemie… (il n’y en a pas beaucoup, mais il y en a) La comparaison !!!
Je comparais la vision idéale d’une vidéo de danse à la réalité non sublimée et brutale de la video de mon iPhone ! Dur, dur comme miroir grossissant les défauts et rapetissant l’estime !

La comparaison tue

La comparaison nuit gravement à la santé ! La comparaison tue la créativité.

Au contraire du processus d’inspiration qui va amener à s’imprégner pour ensuite explorer son propre moyen d’expression, de réalisation, de concrétisation.

La comparaison va engluer dans une énergie négative, dévalorisante et lourde.

La plus grande méprise de la comparaison, son plus grand écueil, est de nous amener à comparer notre « SOI intérieur » à l’image extérieure de l’autre ou des autres.

Et à ce petit jeu, même si les réseaux sociaux ont leur qualité, ils ont un aspect hautement destructeur. 

Nous y comparons l’image idéale, lissée, « storytellée » des autres (nos amis, nos connaissances et bien sûr, ceux avec qui nous nous mettons en concurrence consciente ou inconsciente sur un plan personnel ou professionnel) à notre quotidien jamais suffisamment bien, jamais suffisamment dynamique, jamais suffisamment florissant.

Nous ignorons les coulisses (hauts, bas, difficultés, mais aussi vraies joies), les aides (soutiens amicaux, familiaux, réseaux etc.), les moyens (prestataires externes, stagiaires, subventions, prêts, héritage etc.) qui se cachent derrière la « self-made réussite » dont nous affublons d’autres entrepreneurs.

Nous les mettons sur un piédestal artificiel et superficiel qui s’effondrerait si on le délestait de tous les fards.

Soyons conscients de ce biais à chaque fois que nous sommes tentés de nous comparer afin de ne plus perdre de temps et ne plus alimenter la machine à mésestime. 

Inspirons-nous mais ne nous comparons plus.

De l’inspiration naît la créativité

Quand nous avons décidé de nous inspirer, tout devient source de créativité !

Nous ne pensons plus une seule seconde à essayer de rentrer dans un carcan réducteur pour « Faire Comme » mais déployons des trésors de créativité pour ÊTRE et demeurer ALIGNE.E dans chacune de nos actions, dans chacune de nos réalisations. Ce n’est pas toujours facile pour autant, mais c’est libérateur, c’est léger, c’est bien plus fluide ! 

J’ai découvert un petit processus que je vous partage car je le trouve puissant :

1 - L’inspiration (on en a parlé plus haut)

2 - L’imprégnation (on en a parlé plus haut)

3 - La contrainte : être SOI, être ALIGNE.E* 

4 - L’incubation**

5- La différenciation***

* Ne rien faire qui ne nous ressemble pas. Cela ne veut pas dire ne pas sortir de sa zone de confort pour se donner un défi. Mais s’assurer que nous ne sommes pas dans le « Faire Comme », mais dans « Vivre » ce que nous sommes, exprimer notre singularité, en s’inspirant, en se nourrissant d’influences plus ou moins larges.

** Temps de non-action plus ou moins long selon la personne, le thème, l’objectif poursuivi. On laisse les pièces de notre puzzle s’emboîter avec les pièces de notre/nos source(s) d’inspiration(s).

*** De ce processus ne peut naître qu’une mise en action unique, singulière, qui nous différencie par essence car elle est l’expression de notre Être, de notre unicité. Ainsi s’exprime la créativité. Ainsi s’exprime l’acte de création.

Il y a bien sûr de nombreuses autres façons de lier inspiration et création, et chacun est sans nul doute amené à créer et expérimenter ses propres processus de créativité. Partez en voyage à leur découverte !

Nordic Inspirations

En parlant de voyage, je terminerai avec un exemple concret pour vous convaincre que la stratégie d’entreprise est une merveilleuse occasion d’exercer sa créativité.

Je travaille avec un photographe professionnel, Mickaël Bonnami, qui est aussi mon mari. Il a créé une entreprise de formations à la photographie pour des particuliers et des entreprises que nous co-dirigeons. 

Le démarchage commercial pour Mickaël, c’est à peu près, et en toute mesure, l’équivalent de l’enfer.

Pourtant, au lancement d’une activité, il est difficile de se passer d’une démarche commerciale. Au sens d’une stratégie permettant de vendre ses produits aux personnes qui les recherchent.

Parlons ici de la cible professionnelle.
Nous avions dans notre besace beaucoup de techniques « traditionnelles ». Aucune qui ne correspondait à Mickaël.

Alors nous avons ouvert les vannes de l’inspiration. Dans le domaine commercial, c’est plutôt moi qui vais chercher dans ma mallette à inspiration et imprégnation (ici, les voyages).
Mais la contrainte était claire : trouver une démarche qui permette à Mickaël d’être lui, d’être aligné, comme je le ferais avec un de mes clients.

Incubation.

Mickaël avait une envie forte depuis trois ans : refaire une exposition photo.
Au cours d’un travail sur cette fameuse stratégie commerciale qui lui hérissait le poil, EURÊKA - on oublie l’idée de génie sortie de nulle part, vous vous rappelez :) - : Et si tu faisais ton exposition photo pour « le plaisir de l’art » mais aussi dans des espaces où des professionnels pourraient la découvrir ? Et si on créait une exposition qui venait habiller les murs des espaces de coworking où se rendent des créatifs, des indépendants, des entrepreneurs afin de les inspirer chaque jour et leur rappeler l’impact de la photographie dans leur vie ? Et ainsi, qu’ils ne doutent plus jamais de l’importance d’un visuel unique et impactant pour porter leur message.
L’exposition Nordic Inspirations était née ! Les Bordelais la découvriront bientôt dans deux magnifiques espaces de coworking. Nous partagerons toute la genèse de cette exposition Photos & Textes, et comment les voyages l’ont inspirée. Curieux ? Abonnez-vous ICI pour en savoir plus dans quelques jours !

J’aurais bien d’autres exemples à vous partager pour vous prouver qu’il est TOUJOURS possible de trouver une façon qui vous ressemble, donc différente, donc différenciante, de développer un pan de votre activité ou résoudre une problématique de votre entreprise qui vous paraît aujourd’hui inaccessible ou insoluble, en sortant de la comparaison et en entrant dans l’inspiration.
Je vous le souhaite !

Et si vous avez besoin d’aide pour commencer à aborder ce virage de pensée « out of the box »… Vous savez où me trouver :)

Last but very not least :
Les photographies de l’artiste Dann, danseuse, chanteuse et performeuse, prises notamment par l’agence de photographie Just M, illustrent ce texte. Je les en remercie vivement !
Retrouvez ces sublimes photos sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram de Projet 13.7 : entreprendre, chemin initiatique.

11/13
Estelle

 
 
Shooting Stars - aide les entrepreneurs, à prix libre

Shooting stars*

C'est avec bonheur que je vous présente une nouvelle activité professionnelle.

En commençant le présent ouvrage, je ne pensais pas qu'il m'aiderait à ce point à poursuivre mon chemin initiatique.

Si l'écriture a désormais retrouvé une belle place au sein de ma vie, j'ai décidé de laisser à d'autres facettes de la boule à paillettes qui me sert de coeur, l'occasion de s'exprimer.

L'aide, la générosité, la joie de voir les autres s'épanouir se sont donc frayées un chemin et entrelacées pour donner vie à Shooting Stars.

Être une étoile filante qui fait de vos entreprises des étoiles filantes... Voilà mon rêve.
Mettre sur orbite chaque entreprise que je croise... Voilà mon ambition.
Apporter des solutions aux entrepreneurs qui n'en voient (presque) plus en une heure et à prix libre... Voilà la mission que je me donne.

Vous avez envie d'essayer ? C'est sans engagement et à l'issue de notre séance, vous réglez ce que vous estimez juste.

* étoiles filantes