S'entourer

Mais demeurent ces moments où perdus au fond de ces limbes solitaires, aucune lumière ne semble poindre.

On ne s’entend pas, on n’arrive pas à lâcher-prise, l’attente de réponse, de porte de sortie, de solution est aussi forte que le blocage qu’elle fait naître.

Dans ces moments où nous cherchons des réponses… C’est en fait de questions dont nous avons besoin.

Des bonnes questions. Celles qui nous permettent d’apporter nos propres réponses.

A cet égard, le sentiment de Solitude Existentielle est très différent de la solitude éprouvée face à un blocage « technique ». Et la distinguer rapidement permet de gagner du temps. L’écosystème autour de la création d'entreprise se densifie et il est aujourd’hui relativement aisé de trouver des réponses « techniques », des compétences complémentaires, des solutions pratiques. Intégrer des réseaux, se faire accompagner par une structure dédiée, rejoindre des associations professionnelles, faire appel à un expert, se former etc. etc. etc.

Mais interrogez plusieurs fois votre « blocage ». Posez-vous bien la question. Formulez-la bien. Et reformulez-la souvent. (Oui, la maïeutique est ma religion !)
S’il est technique, vous trouverez des solutions. S’il est plus profond, il faudra sans doute plus de temps, car vous trouverez des questions.

Est-ce que vous ne savez pas comment élaborer une stratégie commerciale ou avez-vous peur de « vous vendre » (vous et votre âme ?) ?
Est-ce que vous ne savez pas faire un business plan pour des investisseurs ou craignez-vous la perte d’indépendance liée à l’entrée au capital d’autres acteurs ?
Est-ce que vous ne savez pas comment quitter votre entreprise ou n’êtes-vous pas prêt à renoncer à la sécurité du salariat ?

Aucune bonne ou mauvaise réponse, juste la vôtre, à l’instant t. Qui pourra évoluer.
Mais autant que possible, essayez d’être VRAI envers vous, même quand les réponses sont déconcertantes, déroutantes, gênantes.

A cet égard, quand La Solitude est Existentielle et non technique, quand elle nous met face à nous-mêmes, courir à droite à gauche pour solliciter les avis est souvent peu adapté, contre-productif au mieux, destructeur au pire : le manque de réponses voire les mauvaises réponses faites nôtres, renforcent la spirale abyssale.

Dans ces cas, privilégier la qualité à la quantité des sollicitations me semble plus que judicieux : salvateur.

Notre Solitude d’Être Humain nous oblige à admettre que personne ne pourra se substituer à nous-mêmes dans certaines périodes-clés. En revanche, quelques (très rares et précieuses) personnes pourront nous accompagner dans notre cheminement intérieur.
Nous accompagner, ni plus, ni moins. C’est frustrant, mais remerciez celles qui auront l’humilité et la gentillesse de ne s’en tenir qu’à ce rôle. Fuyez les sauveurs et prêcheurs de bonne parole ! Protégez-vous !

Que cette personne de confiance (ou ces rares personnes de confiance si vous avez l’immense chance d’en compter plusieurs) soit proches affectivement ou non, professionnelles ou non, de votre secteur d’activité ou non, peu importe. Quand vous la ou les rencontrerez, vous saurez. C’est elles qui feront la différence sur votre chemin et vous aideront à aller vers l’étape suivante ou parfois, à (re)trouver votre cap. Je pense que cette ou ces personnes peuvent changer au cours d’une vie, tout autant que nous évoluons, mais nous leur demeurons éternellement reconnaissants d’avoir été là au bon moment, avec les bons mots, les bonnes questions, pointant les bonnes lumières.

Celles qui nous amènent à l’essentiel, à l’alignement, à ne jamais perdre de vue qu’être SOI est la meilleure réponse et qu’en SOI se trouve la meilleure réponse.

J’ai récemment eu la chance de faire une de ces rencontres. Une de ces personnes qui ose vous amener à faire ce pas de côté. Une de ces personnes qui n’envisage pas la création d’entreprise comme une simple suite d’actions professionnelles. Une de ces personnes qui pose le regard et la question qui tendent la main et font relever la tête.

A travers ces mots, je veux la remercier.

3/13
Estelle