Ne pas lutter contre

Comprendre qu’il vaut mieux naviguer en tenant compte voire en tirant parti des remous, surfer les vagues ou même se laisser charrier par les flots, plutôt que de nager à contre-courant paraît logique.
Mais il faut du temps pour se l’appliquer et le vivre. Nous avons généralement appris à confondre force et effort, désapprendre est long.

Pourtant, au contraire d’un effort lourd et épuisant pour affronter chaque contrariété,
Avoir la force paisible et sereine d’aborder chaque virage comme une opportunité, 
offre une toute autre saveur à chaque instant de l’existence.

Ayant accepté et intégré dans son Être que la sérénité intérieure n’est pas directement dépendante des situations extérieures permet d’aborder ces épisodes d’intense solitude avec un nouveau regard.

Celui de la curiosité, celui de l’ouverture sur le nouveau à venir, celui de l’élève prêt à recevoir l’enseignement.

Car dans cette solitude acceptée,
Que les bruits des avis extérieurs ne viennent plus troubler,
Que la sévérité du « culpabilisateur intérieur » ne vient plus condamner,
Que le vent d’une marche contemplative vient caresser,
Que le calme de la méditation vient sublimer,
se trouvent des réponses.

SES réponses.
Celles qui nous co-répondent,
celles qui nous correspondent.
Celles qui allègent.
Ces réponses pour lesquelles un jour,
nous avons fait le choix d’entreprendre,
celles qui font honneur à l’exercice de liberté.
Pas au sens moral de bien ou mal,
Mais au sens profond d’alignement avec soi.

La force et la puissance qui accompagnent les actes portés par ces réponses est incommensurable. La Solitude Existentielle est ainsi le terreau fertile de nos plus grandes réalisations.
Solitude abyssale elle était,
Solitude sublimée elle devient.